dimanche 9 novembre 2008

Prise en charge des cervicalgies aiguës et chroniques - N. Bogduk, B.McGuirk - 2007




Traduction Alain Guierre D.O.
www.elsevier-masson.fr/product_info.php?manufacturers_id=&products_id=3679


Prise en charge des cervicalgies aiguës et chroniques
propose pour la première fois aux praticiens et aux étudiants une approche fondée sur les preuves dans la prise en charge des cervicalgies, du whiplash (coup du lapin) et de la céphalée cervicogène. La douleur cervicale est actuellement le principal centre d'intérêt de la recherche sur le rachis. Cet ouvrage présente les résultats des toutes dernières recherches dans ce domaine et des recommandations pour une meilleure prévention et prise en charge. L'ouvrage est composé de 25 chapitres, divisés en six parties : 1. La « théorie » de la cervicalgie. 2. La cervicalgie aiguë. 3. La cervicalgie chronique. 4. Un synopsis détaillé des mécanismes du whiplash, de son évaluation et de sa prise en charge. 5. La céphalée cervicogène. 6. Des explications concernant les termes statistiques employés.


Avant-propos à l'édition français - Dr Jean-Yves Maigne
Pour le clinicien, la prise en charge d'une douleur cervicale reste difficile. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que la cervicalgie dite commune est une affection plus complexe qu'on pourrait le penser au premier abord et que ne le suggèrent les traités classiques. Ses causes sont nombreuses et encore bien mal individualisées, sa présentation clinique est multiforme et son évolution parfois très chronique. La deuxième est que les travaux qui lui ont été consacrés dans la littérature médicale sont trop peu nombreux. Moins fréquente et à l'origine de moins d'arrêts de travail et d'invalidité que la lombalgie, elle reste encore le parent pauvre de la pathologie du rachis. La troisième raison est que, souvent, les résultats de ces travaux viennent en contradiction avec nos habitudes, voire avec ce que nous montre la pratique quotidienne. À l'heure de la médecine fondée sur des preuves, il y a là de quoi dérouter le clinicien.
C'est tout le mérite de N. Bogduk et de B. McGuirk d'avoir analysé les travaux les plus significatifs, d'en avoir fait la synthèse (ou, au contraire, d'en avoir souligné les contradictions lorsqu'il y en avait) et d'en avoir mis les conclusions à la disposition de leurs lecteurs. Mais surtout, ils ont su présenter ces conclusions selon un ordre clair et logique, en séparant bien les cervicalgies aiguës, les cervicalgies chroniques, les cervicalgies par « coup du lapin » et les céphalées cervicogènes, qui constituent autant de chapitres cardinaux de l'ouvrage. Ouvrage qui peut donc, si on le souhaite, être consulté facilement sur tel ou tel point particulier, qu'il s'agisse de la clinique, des examens complémentaires ou de la thérapeutique, d'autant que les points clés sont listés en tête de chaque chapitre, que la bibliographie est individualisée pour chaque paragraphe (et non donnée en bloc en fin de livre) et que la présentation générale est remarquablement claire.
Tel qu'il est, cet ouvrage constitue une source d'information irremplaçable pour le clinicien. Mais c'est aussi une source de réflexion lorsque, occasionnellement, il y a conflit entre les données de la médecine dite « fondée sur des preuves » et l'expérience clinique. Le clinicien ne pourra manquer d'être surpris de lire qu'aucune étude ne justifie l'utilisation d'antiinflammatoires dans les cervicalgies (et que, par conséquent, les auteurs lui conseillent de ne pas en prescrire) ou qu'il n'y a aucune raison qu'un disque cervical soit source de douleur en dehors d'un contexte post-traumatique, pour ne donner que deux exemples. Nous laisserons chacun en tirer ses propres conclusions.
On comprendra donc que c'est pour nous non seulement un honneur, mais aussi un plaisir de préfacer l'édition française d'un ouvrage aussi stimulant, qui devrait trouver une place de choix dans toutes les bibliothèques. Nous lui souhaitons un succès bien mérité.

1 commentaire:

ks a dit…

http://www.ks-mag.com/Mnu10983

"Comment évaluer ou comment traiter une cervicalgie ? Chaque kinésithérapeute ou chaque médecin a ses réponses à ces questions. Pourtant, au-delà des impressions cliniques, des conventions, voire des croyances qui fondent nos opinions sur ces questions, nous n’avons que peu de preuves pour étayer nos réponses.

Vous voulez garder vos certitudes ? Ne lisez surtout pas cet ouvrage ! Le lire pourrait déstabiliser gravement vos connaissances (ou croyances) sur le sujet. Vous y apprendrez, par exemple, que rien ne justifie la prescription d’anti-inflammatoires ou de myorelaxants à un patient cervicalgique, que l’arthrose zygapophysaire et les pathologies discales ne sont pas des facteurs de risque de cervicalgie, que le “coups du lapin” ou whiplash produit un mécanisme de compression du rachis, que la thérapie manuelle n’est pas plus efficace que la kinésithérapie

Vous êtes curieux, vous êtes épris de doute, vous vous demandez si vos questionnements quotidiens ont des réponses, vous voulez améliorer vos pratiques ou vous souhaitez “seulement” apporter le maximum à vos patients, cet ouvrage est fait pour vous. Courez chez votre libraire le commander !

Cet ouvrage traduit, dont le titre original était “Management of acute and chronic neck pain, an evidence based approach”, constitue à la fois une source de réflexion et d’informations pour le praticien. Il présente les résultats des toutes dernières recherches dans ce domaine et des recommandations, à la fois pour une meilleure prévention et une meilleure prise en charge. Ceto uvrage est bâti autour de cinq parties : principes généraux, cervicalgie aiguë, cervicalgie chronique, mécanisme du whiplash et céphalée cervicogène. Chacun des 25 chapitres qui le constituent comprend ses propres références bibliographiques, permettant très facilement au lecteur de les consulter sans avoir à « courir » à la fin de l’ouvrage. Des tableaux synthétiques, des encadrés rappelant les points clés et des arbres décisionnels permettent une (re)consultation rapide.."